CFP

Journée d’étude 

Émerveillements géopoétiques : écrire le lieu, dire l’espace

  • Date : 5-6 mai 2022
  • Lieu : MSHS de Poitiers – Laboratoire FoReLLIS
  • Organisatrices : Myriam Marrache-Gouraud et Julie Gay

    Avec le soutien de l’U. R. FoReLLIS (Université de Poitiers), de l’UFR Lettres et Langues Université de Poitiers, de l’U. R. CLIMAS (Université Bordeaux Montaigne) et de la SELVA (Société d’Etudes de la Littérature de Voyage du monde Anglophone)

    Appel à communication disponible en PDF ici

    Les propositions de 1500 signes sont à adresser, accompagnées d’un bref CV, à myriam.gouraud@univ-poitiers.fr et à julie.gay@univ-poitiers.fr avant le 5 janvier 2022.

  • Appel à communications :

« On garde souvent de ces villes à peine effleurées le souvenir d’un charme indéfinissable: le souvenir même de notre indécision, de nos pas hésitants, de notre regard qui ne savait vers quoi se tourner et que presque rien suffisait à émouvoir : […] les pentes dans les rues d’Edimbourg, la largeur du Rhin, à Bâle, et la corde – le nom exact serait la traille – guidant le bac qui le traverse… » (Georges Perec, Espèces d’espaces, Paris, Galilée, 1974, p. 88)

Si l’idée de merveilleux a été largement explorée, le concept d’émerveillement, en tant qu’émotion parfois contradictoire faite de ravissement, d’admiration mêlés de stupeur et même d’effroi face à un spectacle ou un événement singulier, demeure assez peu étudiée, en particulier dans son lien avec la représentation de l’espace et du lieu.

Aussi, dans le cadre d’un cycle de manifestations scientifiques autour de l’émerveillement géographique, l’axe « Histoire et poétique de l’émerveillement » du laboratoire FoReLLIS-B se propose de consacrer une première journée d’étude aux rapports entre émerveillement et représentation spatiale, qui visera à s’interroger sur la capacité de l’espace et de ses représentations à provoquer l’émerveillement, et sur les différents types d’émerveillement auxquels ces représentations littéraires, artistiques et géographiques peuvent conduire.

On pourra ainsi distinguer l’émerveillement lié à ce que Bertrand Westphal définit comme le point de vue « exogène » du voyageur lorsqu’il découvre un lieu nouveau et donc bien souvent exotique, du point de vue « allogène » de ceux « qui se sont fixés dans un endroit sans que celui-ci leur soit encore familier, sans non plus qu’il demeure pour eux exotique » (Géocritique 209), mais aussi du point de vue « endogène » des autochtones. En effet, même un espace familier peut conduire à de nouvelles formes d’émerveillement, dans la mesure où cette émotion semble conditionnée autant par l’espace lui-même que par la posture de celui qui l’observe. Se pose alors la question de l’authenticité de ces représentations émerveillées, en tant qu’elles sont non seulement perçues au prisme du point de vue du regardant, mais aussi des divers topoï hérités de traditions antérieures, qu’ils soient mythiques, artistiques ou littéraires. Cela nous invite également à nous interroger sur la capacité de chaque lieu à provoquer un type d’émerveillement spécifique : qu’est-ce qui distingue par exemple l’émerveillement à la vue d’une île, d’une ville étrangère ou encore d’un jardin, ou d’un désert ? Quelle expérience du paysage, naturel ou artificiel, est susceptible d’être qualifiée d’émerveillement? Quelles en sont les nuances en termes de catégories esthétiques, entre sublime et pittoresque ? Tout est-il affaire de perspective ? Peut-on cartographier les divers types et degrés d’émerveillement, en suivant du doigt un trajet sur une carte ?

Cette journée d’étude sera ainsi l’occasion de s’intéresser au lien entre géographie et écriture, de même qu’à la portée éminemment poétique du lieu ou même de la carte qui, en provoquant l’émerveillement de celui qui les contemple, constituent un ‘moteur’ de création littéraire que l’on pourrait qualifier de géopoétique. Il s’agira alors de déterminer dans quelle mesure la rencontre émerveillée avec ces espaces influe sur le cours d’une intrigue, sur la forme d’une œuvre et même sur son genre, puisque si selon Stevenson c’est l’événement qui tire le lecteur de sa réserve, chaque espace et chaque lieu appelle un certain type d’événement (A Gossip on Romance 233-48), et se mue par là-même en ce que Philippe Hamon nomme des « embrayeurs de narrativité » (Expositions 33). Aussi, l’émerveillement passif du regard contemplatif face à un paysage ou à une carte peut fonder un émerveillement actif chez l’auteur qui s’en saisit, transmis au personnage et idéalement au lecteur lorsqu’ils sont confrontés à l’irruption d’événements inattendus au cœur de ces espaces, qu’ils soient familiers ou inconnus, rêvés ou vécus.

Les périodes d’étude iront de l’Antiquité à nos jours, sans limitation de genre quant aux textes concernés (poésie, prose romanesque, traités de géographie, cosmographies, etc.) ou aux images convoquées (cartographie, BD, cinéma…). Les espaces considérés seront des espaces lointains ou proches, finis ou infinis, vastes ou resserrés, vierges ou surpeuplés, terrestres, maritimes ou célestes.

On pourra aborder ces questions à partir d’un certain lieu ou type de paysage (l’île, la forêt, le désert, les villes, une ville en particulier…), d’un type de trajet topique (la remontée du fleuve, l’ascension, la perte de repères…), d’un genre littéraire ou d’un auteur, sans négliger le rapport texte / image.

Bibliographie indicative :

Anselmini, Julie et Marie-Hélène Boblet (dir.), L’Émerveillement dans les littératures poétiques et narratives des XIXe et XXe siècles, Grenoble, ELLUG, 2017.
Baron, Christine. « Littérature et Géographie : Lieux, Espaces, Paysages et Écritures » Fabula-LhT 8 (2011) <http://www.fabula.org/lht/8/baron.html>.
Bertrand, Romain (dir.), L’exploration du monde. Une autre histoire des grandes découvertes, Paris, Seuil, 2019.
Besse, Jean-Marc, Les grandeurs de la Terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance, Paris, Presses de l’ENS, 2003.
Bideaux, Michel, Européens en voyage (1500-1800). Une anthologie, Paris, PUPS, 2012.
Boblet, Marie-Hélène, Terres promises. Émerveillement et récit, Paris, José Corti, 2011.
Collot, Michel, Pour une Géographie littéraire, Paris, José Corti, 2014.
Déom, Laurent, « La poétique de l’émerveillement », dans Esthétique et spiritualité I : principes théoriques et méthodologiques, Baudouin Decharneux, Catherine Maignant et Myriam Watthee-Delmotte (dir.), Fernelmont, E.M.E, 2012.
Doiron, Normand, L’art de voyager. Le déplacement à l’époque classique, Paris-Laval, Presses de l’université Laval-Kincksieck, 1995.
Edwards, Michael, De L’émerveillement, Paris, Fayard, 2008.
Gélinas-Lemaire, Vincent. Le Récit architecte. Cinq aspects de l’espace, Paris, Classiques Garnier, 2019.
Hamon, Philippe. Expositions : Littérature et Architecture au XIXe siècle. Paris : José Corti, 1989.
Jackson, John Brinckerhoff, À la découverte du paysage vernaculaire, Arles, Actes Sud, 2003.
Lestringant, Frank et Jacob, Christian (dir.), Arts et légendes d’espaces, Paris, Presses de l’ENS, 1981.
Lestringant, Frank, Écrire le monde à la Renaissance, Orléans, Paradigme, 1993.
Onimus, Jean, Essais sur l’émerveillement, Paris, PUF, 1990.
Pioffet, Marie-Christine, Espaces lointains, espaces rêvés dans la fiction romanesque du Grand Siècle, Paris : Presses de l’Université Paris Sorbonne, 2007.
Requemora-Gros, Sylvie, Voguer vers la modernité́. Le voyage à travers les genres au XVIIe siècle, Paris, PUPS, 2012.
Stevenson, Robert Louis, « A Gossip on Romance », Memories and Portraits, New York, Charles Scribner’s Sons, 1905, p. 229-253.
Tally, Robert T., Literary Cartographies: Spatiality, Representation and Narrative, New York, Palgrave Macmillan, 2014.
Westphal, Bertrand, La Géocritique : Réel, Fiction, Espace, Paris, Les Éditions de Minuit, 2007.
White, Kenneth, Le Plateau de l’albatros : Introduction à la géopoétique, Marseille, Le Mot et le Reste, 2018 (1994).

 

Les propositions de 1500 signes sont à adresser, accompagnées d’un bref CV, à myriam.gouraud@univ-poitiers.fr et à julie.gay@univ-poitiers.fr avant le 5 janvier 2022.

 


Borders & Crossings: A Transdisciplinary Conference on Travel Writing 

University of Tartu –  6-8 July 2022

Call for papers available in PDF form here

Deadline for abstracts: 1 March
Notification of acceptance: 1 April

Organisers: Sara Bédard-Goulet (sara.bedard-goulet@ut.ee) & Julia O’Mahony (omahonjl@tcd.ie)

The 2022 edition of the Borders & Crossings conference series acknowledges more than two decades of intense development in the transdisciplinary study of travel writing, which is now a well-established field of research in the Arts, Humanities and Social Sciences.

The 2022 conference will take part in a unique context: that of a post-Soviet and Nordic country situated in a European geographical, economic and political context. Estonia’s history is marked by successive occupations, which could arguably be considered as a form of travel from the point of view of the occupiers. These occupations have affected travel to and from this area, and generated specific mobility, such as deportation and diaspora. This context brings our attention to restricted travels and the forms of control at work when it comes to travel. Additionally, this conference acknowledges the emergency of the ecological crisis and the pressure that travelling can put on the Earth system. With these considerations in mind, we invite conference participants to reflect on the following themes:

  • Travel and translation, especially concerning “small languages”
  • Travel to/from/around the Nordic and Baltic countries
  • North-north, North-south, East-west interactions
  • Dominant and vulnerable travellers and travellees
  • Travel and decolonialization
  • Slowness and stillness
  • Familiar places and microspection
  • Human and nonhuman travels
  • Travel and the Anthropocene
  • Travel and nature writing, ecocriticism
  • Fiction and reality of travel
  • Digital and proxy travels
  • Travel and diseases, cure travels and places
  • Images in transit
  • Theories of travel and travel writing
  • Travel and gender/sexuality
  • Travel journalism, guidebooks and digital media
  • Craft and practice of travel writing
  • Heritage, pilgrimage and footsteps travel

The conference will take place at the University of Tartu and is open to postgraduate students, academics, and practitioners (inside or outside academia) interested in travel writing from a broad range of perspectives. With this conference, we wish to insist on the inclusivity of this field of study and practice and welcome proposals from but not restricted to literary studies, travel and tourism studies, media and journalism studies, creative writing, history, politics, sociology, and geography, with a focus on any time period and any geographical context.

Proposals are invited for 20-minute papers or creative pieces, and for 60-minute panels of three speakers or writing workshops. Proposals of approximately 250 words for a paper (up to 600 words for a panel or workshop), accompanied by a short bionote (no longer than 100 words) including your academic affiliation (if applicable), should be sent to bordersandcrossings2022@gmail.com (.doc or docx format appreciated) by 1 March 2022. Notifications of acceptance will be sent by 1 April.

Although we wish for all participants to be able to attend the conference in Tartu, we plan for a hybrid conference so that participants unable to travel can still present their paper. A publication following the conference is planned but it will entail re-submitting an article abstract for a special issue in a peer-reviewed journal.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search